vendredi 8 avril 2022

Vers une union des droites ?

On n’a pas mesuré toute l’importance de la Repentance de l’Eglise catholique et de Vatican II. Ce sont pourtant des évènements considérables.

En effet, pendant 2000 ans la lutte entre la synagogue et l’Eglise n’a jamais cessé. Cette dernière s’est voulu la nouvelle Jérusalem. On connaît le rôle monstrueux de l’Inquisition que Napoléon a supprimée aussi bien à Venise qu’à Madrid et dans tous les pays demeurés féodaux, à ce moment.

Le pape s’est abstenu pendant 2000 ans de se rendre à la synagogue de Rome ainsi qu’au Mur des Lamentations de Jérusalem. Jean XXIII a rompu cette exclusion et Jean-Paul II pour la première fois s’est rendu dans la ville sainte. Jean-Marie Lustiger, juif lui-même, dans un mouvement contraire se convertit et devient Cardinal de l’Eglise catholique.

Les juifs enfin, vont pouvoir marcher main dans la main avec les catholiques. Il s’agit d’une grande révolution spirituelle. L’Occident grâce à cette nouvelle union se renforce et acquiert une nouvelle puissance.

Le XX° siècle a été celui de l’homme sans Dieu, celui de Marx aussi bien que de Nietzsche. Le XXI° siècle sera celui de Rome et de Jérusalem. Après l’Holocauste, la Résurrection d’Israël est sans doute le grand évènement du siècle. L’Occident se refonde autour de sa foi.

 

 

En France, après qu’il fut rejeté en 1946 au profit des anciens de la III° République qui avaient entrainé la France dans la débâcle, la dernière grande conquête politique fut pour le Général de Gaulle, après son retour aux affaires, d’instituer à l’occasion des élections, le scrutin majoritaire à deux tours. Une majorité et une opposition se dessinent enfin, dans le cadre d’un régime présidentiel solide, après les affres de la IV° République et ses échecs patents.

C’est François Mitterrand qui réintroduira le Front National dans le jeu politique, pour diviser la droite. Celle-ci tombe dans le piège. La gauche lance dans les jambes de la droite le diable Le Pen, fantôme pétainiste destiné à effrayer la bourgeoisie. Ceci crée la confusion, ce qui permettra à Emmanuel Macron plus tard après que Chirac ait commencé à détruire la V° République en réduisant la durée du mandat présidentiel de sept années à cinq années, de se glisser dans les failles de l’Institution, et de créer un mouvement qui s’avère apparemment impuissant à apporter un équilibre à la vie politique.

L’affaire Fillon a montré à quel point la justice et le Parquet sont entre les mains du pouvoir, et constituent pour lui un objet de manipulation. En tout cas, il est indispensable pour la droite, si elle revient au pouvoir, de rompre le lien qui tient unis les pouvoirs politique et judiciaire. En dehors de cette réforme, il ne peut y avoir ni démocratie ni liberté.

 

 

L’antisémitisme était un des fers de lance de l’extrême droite. Il l’avait nourrie pendant toute la III° République, notamment durant l’Affaire Dreyfus, avec Barrès, Maurras, etc...

Cela, c’est fini. La papauté y a renoncé. C’est pourquoi les mauvais mots de Jean Marie Le Pen n’ont plus de présent et n’ont plus d’avenir. Le Rassemblement National accepte l’Europe et est prêt à gouverner avec la droite classique. En tous cas celle-ci ne peut venir au pouvoir qu’avec lui.

Aujourd’hui il semble que les yeux se décillent enfin. Les électeurs n’ont plus peur apparemment du Front National, d’autant plus que celui-ci s’est « rangé », ne fulmine plus contre les juifs, semble tourner le dos à la provocation systématique qui était l’attitude de Jean Marie Le Pen. Il change d’appellation et se nomme désormais le Rassemblement National. Il devient fréquentable.

 

 

L’union des droites en rééquilibrant la vie politique permettrait paradoxalement à la gauche de reprendre sa place traditionnelle dans la vie politique française. Sa quasi disparition n’est pas saine au moment où la France doit affronter les enjeux européens et mondiaux.

Par ailleurs, il convient enfin de restituer au Président de la République son mandat de sept années prévu par le Général de Gaulle. Cette durée était elle-même symbolique. Elle est une condition indispensable au rééquilibrage de la vie politique française.

 

Edouard VALDMAN

Dernier livre paru « Le drame français »,

Ed. Les impliqués, 2021

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire